Choses d'Art août 1892

De MercureWiki.

Version du 21 avril 2014 à 15:20 par Admin (discuter | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
 
Mercvre, « Choses d'Art  », Mercure de France, t. V, n° 32, août 1892, p. 372-373.



────────────────────────

CHOSES D'ART
___________

 Trocadéro. — Le musée de sculpture comparée s'est enrichi, en ces derniers mois, de plusieurs moulages : le portail de l'église d'Aulnay, extraordinaire avec ses théories de monstres et de saints (XIIe siècle) ; le portail de Carennac et le portail de Charlieu, l'un très simple et très pur, le second, une merveilleuse dentelle (art roman) ; les portes de la cathédrale d'Aix (fin de l'ogival) ; une clôture de chapelle de la cathédrale d'Évreux (Renaissance ou presque) ; la clôture du choeur de Rodez (Renaissance); la cheminée de l'hôtel de ville d'Orléans ; enfin la cheminée du palais de justice de Bruges, antérieurement au Louvre.
 R. G.
 « Cher Monsieur,
 « Après avoir remercié le Mercure de la petite note parue dans le dernier numéro, sur ma conférence, — souffrez-que je m'explique au sujet de cette ligne : « Parler de Puvis de Chavannes, c'est bien ! mais de Monsieur Rochegrosse ? » Ce reproche m'a été fait assez généralement. Je suis lapidé de « Rochegrosse ». Cette grosse roche m'écrase....
 « Mon intention ― j'ai dû n'être pas clair ? — était d'opposer au vigoureux et expressif romantisme de Henri de Groux celui de la foule des peintres qui exposent aux Champs-Élysées et au Champs-de-Mars. Et parmi ceux-ci, j'ai choisi M. Rochegrosse parce que la « grande » presse l'a toujours très complaisamment loué.
 « Ses œuvres montrent qu'il a compris les « contrastes harmoniques » de Delacroix, — et n'a pas la science utile pour les appliquer. Ils existent Chez M. Rochegrosse, mais au lieu de se « rencontrer » franchement (comme dans L'Entrée des Croisés à Constantinople), ils sont neutralisés par un empâtement de tons intermédiaires traités en gammes ; les éléments d'harmonie existent, sans produire l'harmonie. Cela fait que La Fin de Babylone, par exemple, m'apparaît dans son ensemble cormme une toile spacieuse, pléthorique et chaotique ; ― et que j'y vois pourtant, ça et là, d'ingénieuses recherches de couleurs qui, affranchies de leurs liaisons encombrantes, résulteraient en quelque harmonie.
 « C'est ce que j'ai voulu dire.
 « Croyez-moi, etc.

« Charles-Henri Hirsch

 « 6 juillet 1892. »



Outils personnels